Je ne sais pas quoi faire, je m’ennuie !

« Je ne sais pas quoi faire, je m’ennuie ! »

« Fais quelque chose, occupe toi ! » 

« Oui mais je ne sais pas quoi faire. »

« Alors ne fais rien. »

Ne rien faire, s’ennuyer, quelle tâche difficile, voir insurmontable pour certains.
Ne rien faire ….. le vide.
J’ai été enfant à une époque où les parents pensaient qu’au delà des codes de l’éducation, la politesse, le respect, les limites, l’enfant s’élevait seul.
Comme une plante qui pousse uniquement grâce au soleil et à la pluie. Une expression disait « les enfants çà pousse comme de la mauvaise herbe. »

L’enfant s’élevait seul, et l’école se chargeait des apprentissages nécessaires à son savoir et à sa socialisation.
Du moins c’était comme cela dans ma famille. J’ai eu donc tout le loisir, de traîner, de rêvasser, de m’ennuyer, et de découvrir ainsi la liberté. Le RIEN, le rien à faire, rien à remplir, une période de ma vie sans contraintes.

Pourtant je voyais tous les adultes s’agiter dans leurs occupations respectives, comme des abeilles autour d’une ruche.

Et moi, je savourais ce plaisir d’être dans le monde de l’enfance, le monde imaginaire. Laisser libre cours à mes pensées, rêver tout éveillée.
J’avais pas 6 ans, c’était le temps avant l’école.

Lorsque qu’aujourd’hui, j’observe, les emplois du temps de nos enfants, mon esprit s’affole.

Quand ont ils le temps de s’ennuyer ?
Savent-ils s’ennuyer ?
La liste des activités à proposer aux enfants est longue :
. activités de loisirs
. activités ludiques
. activités éducatives
. activités de détente
. activités de plein air, musicales, éveil corporel, cuisine…;

même l’activité « jeux libres » est planifiée dans une journée.

Ne sommes nous pas entrain de morceler une expérience continue que fait l’enfant en découvrant le monde qui l’entoure ?
Est ce pour avoir l’impression d’être dans une certaine maîtrise, justifier d’un certain professionnalisme ?

Souvent lorsque je questionne les professionnels de la petite enfance sur leur intention concernant ces activités, la réponse qui vient est « c’est pour les occuper »

L’enfant passe ainsi d’une activité à l’autre, sans avoir le temps de digérer ses expériences.
Qu’est ce qui nous effraie dans l’inactivité de l’enfant ?
Pourquoi a t-on besoin de l’occuper tout le temps ?

Une ATSEM (personne qui accompagne l’institutrice auprès des enfants de maternelle),  me racontait un grand moment de solitude qu’elle a vécu avec l’institutrice devant une classe d’enfants de 4-5 ans.

L’Instit racontait une histoire aux enfants : «  Il était une fois… trois petits lapins qui étaient partis faire une balade en forêt , après une longue promenade pleine de péripéties et de rencontres ils trouvent dans le creux d’un grand arbre, un grand sac, et vous savez ce qu’il y avait dans le grand sac ?………

De grands yeux muets la regardaient en attendant la suite, sans rien pouvoir imaginer de ce qu’il y avait dans ce grand sac.
 Cette institutrice se souvenait qu’il y avait encore une dizaine d’années, la parole se serait bousculée pour remplir ce gros sac de tout leur imaginaire bien fourni.

Aurions nous fait de nos enfants de jolis sacs vides, à remplir de savoir, de connaissances, d’activités, tout en se privant de leur vision du monde qui pourtant continue de faire rêver les grands enfants que nous sommes.

Laissons les s’ennuyer : l’ennui est le terreau de la créativité.

Un commentaire sur « Je ne sais pas quoi faire, je m’ennuie ! »

  1. Un regard sur la « nouvelle » enfance que je partage. Le loisir est consommation dans une société moderne qui classe ses citoyens-consommateurs au gré des normes des services et des produits consommés. La « marchandi-connerie » humaine a touché nos racines, elle s’occupe des jeunes pousses. Propagande ? Le post-modernisme (clin d’œil à Dina S.), remet les jouets en bois au menu du jour pendant que les coaches dont je suis, imposent le temps libre et ouvert dans leurs séminaires… Pas besoin de piles ni de marketing putassier ; juste de l’imagination. Ce qui n’est pas prévu dans la panoplie prévue par les marchands du temple qui nous rappellent sans cesse que pour être, il faut suivre et afficher. Merci Laure 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s